Systématiquement tenu en laisse par Ava Swann

Dès qu’ Ava  me fait entrer dans son appartement, elle me demande de me dévêtir dans l’entrée, de m’agenouiller, et de m’équiper moi-même de cet accessoire d’extrême possession.

Je tremble souvent d’émotion lorsque ma divine maitresse vient compléter le collier par une chaîne métallique. Elle  s’amuse ensuite à parcourir son appartement, sans me prêter grande attention alors que j’essaie de la suivre à quatre pattes, les yeux rivés sur ses escarpins.

Lorsqu’elle ne souhaite plus me tenir ainsi, je dois regagner un coin du salon et attendre à genoux, les mains tournées vers le haut, présentant la laisse prête à servir.

Il m’arrive de rester ainsi de longs instants, implorant silencieusement qu’elle daigne m’utiliser pour ses plaisirs, comme esclave ou comme chien.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.