Inspection avant le retour de ma maîtresse

Mademoiselle Ava Swann m’a annoncé son retour dans la capitale et également ordonné de bien préparer son luxueux appartement. Il me restait peu de temps pour m’y rendre, passer l’aspirateur, cirer le parquet, astiquer salle de bain,toilettes et cuisine, aérer chaque pièce, préparer le lit de ma maîtresse, remplir le réfrigérateur et faire toutes les autres courses nécessaires. Cela me pris tout un après-midi, et alors que je cirai une dernière fois les bottines Dior, la porte d’ouvrit et une dame d’origine antillaise entra dans le couloir, Mademoiselle Ava Swann m’avait en effet parlé de cette amie, Solange, directrice d’un grand hôtel parisien . C’était une belle femme mure, un peu ronde et dégageant une grande autorité naturelle, elle avançait vers moi tout en parlant au téléphone calmement avec ma maitresse.

Mademoiselle Ava Swann avait demandé à son amie d’inspecter l’appartement avant son retour et au besoin de me châtier pour chacune des imperfections qu’elle y trouverait.. Bien évidemment, plusieurs oublis étaient à signaler. J’avais omis de cirer une paire de bottes d’équitation, de dégraisser parfaitement le four de la cuisine, et surtout d’acheter suffisamment de bouteilles d’eau minérale. Je dus réparer au plus vite ces manquements et quelques instants plus tard, l’élégante dame des iles me demanda de m’agenouiller dans le couloir.

Ma maitresse adorée était dans la salle d’attente d’un aéroport Italien et s’apprêtait à prendre son avion pour Paris.  » Solange, Boris mérite 3 bonnes paires de gifles, je voudrais les entendre avant d’embarquer » ordonna Mademoiselle Ava Swann. La maitresse femme antillaise ne se fit pas prier pour me corriger et m’asséna des gifles puissantes tout en tenant son smartphone. Cela convenait à la propriétaire des lieux qui ne devait pas arriver avant trois bonnes heures. Avant de partir, Solange m’ordonna de m’équiper de mon collier et de ma laisse de chien, me fit à nouveau agenouiller devant la porte d’entrée, me pris ainsi en photo, puis m’enferma à double-tour. Mademoiselle Ava Swann pouvait maintenant retrouver la capitale dans les conditions dignes d’une dominatrice de son rang. »

Boris, Novembre 2018

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.